pdki - arm - web

ژمارە حیسابی کۆمیتەی حدکا – بلژیک
Hejmar hesaba bankî ya PDKI Belgium

PDKI Belgium Bank Account Number

 

BE61738028963717

 BIC: KREDBEBB

kurdistanmedia-com

lawan-org

jinan-co

khwendkar-com

Adressée au Parlement Européen

De la part du comité commun des partis politiques kurdes en Belgique17122014pe-manifestation 1

Nous, représentants du  comité commun des partis politiques kurdes en Belgique, écrivons ce qui suit pour inciter le Parlement Européen  à entreprendre  une action correcte et effective pour faire libérer des prisonniers politiques  kurdes en Iran. Les prisonniers de la prison centrale à Urmia font  jusqu'à maintenant depuis 25 jours  la grève de faim. La manière dont le régime iranien fait face aux droits des prisonniers est la raison de cette action non-voulue. Notre but est d'inciter l'Union Européenne  à se soucier au sujet de la situation tragique des prisonniers politiques et de montrer notre solidarité avec leurs exigences pour protéger  leur vie.

Le président Hassan Rohani est presque 20 mois au pouvoir, mais malgré sa promesse pour améliorer la situation concernant les Droits de l'Homme, ceux-ci sont violés encore plus que jadis. Malgré la constante supplication de la société, les activités politiques dans le pays et l'opposition en dehors de l'Iran pour mettre fin  à la violation des Droits de l'Homme, le régime persévère dans sa politique dictatoriale et son attitude inhumaine. Le régime ne tient même pas compte des accords qu'il a conclus  avec l'organisation des Droits de l'Homme en  2010 et en 2014.

Il est clair que la violation des Droits de l'Homme est profondément ancrée dans le système politique en Iran. Un exemple est la manière dont le régime se comporte par rapport aux peuples marginalisés et opprimés comme les Kurden, les Arabes, les  Baluchi, etc.  Comme le  rapporteur des  N.U. Ahmad Shaheed  l'a  formulé correctement: « la discrimination basée sur le sexe, la croyance et l'ethnie continue à nous inspirer de l'inquiétude, et il n'y a pas d'amélioration  en perspective».

En ce moment, il y a 29 prisonniers  politiques kurdes  engagés dans une grève de la faim pour attirer l'attention sur le fait que le régime viole leurs droits personnels comme prisonniers politiques. Les raisons les plus importantes pour mettre en danger leur vie de cette façon sont:

1- ils veulent être traités comme prisonniers politiques

2- ils veulent que leurs cellules soient  séparées de celles des prisonniers de droit commun

3- ils veulent une fin au fait qu'ils sont séparés de leurs camarades et mis ensemble avec des délinquants  de droit commun pour meurtre ou trafique  drogue, avec de prisonniers condamnés à  perpétuité

Cette sorte d'exigences est parfaitement compatible avec les lois du droit pénal iranien. Toutefois, le régime n'attache aucune attention à ses propres lois.  Selon l'article un de cette loi, les cellules  et l'environnement carcéral doivent être divisés selon l'âge, le sexe, le genre de délit et l'état de santé des prisonniers.

La grève de la faim a démarré le 20/11/2014 et est toujours en cours pour attirer  l'attention sur le fait que leur situation dans la prison est entièrement illégale. Ils ont déjà  fait 25 jours de  grève de la faim au bout desquels ils ont à affronter des problèmes psychiques et autres problèmes de santé. Selon des messages locaux, il y a déjà un certain nombre parmi eux dont la santé laisse à désirer.

Pour cette raison nous demandons au  Parlement Européen et à la communauté internationale, poussés par le désespoir,  de diriger leur attention vers cette situation et d'exercer une pression sur le régime en Iran  pour que les droits des prisonniers politiques  ne soient pas  violés plus longtemps, surtout de ceux  en grève de la faim dans la prison centrale d'Urmia. Nous voulons rappeler également  que la protection des Droits de l'Homme partout dans le monde et des droits humains dans les relations externes sont parmi les principes fondamentaux de l'UE de même que des réalisateurs des lois de l'UE. Donc veuillez prêter attention au sauvetage de la vie  des prisonniers politiques kurdes pour que leur voix puisse retentir partout dans le monde et pour que le régime de l'Iran sache que  le Parlement Européen et la communauté internationale se trouvent derrière les exigences légales des prisonniers.

Signés

Le comité commun des partis politiques kurdes en Belgique

ڕۆژمێری کوردستان

4444

ژیاننامەی ڕێبه‌ران

peshawa-qazimohamad

shahid-dr-qasimlu

sadiq-sharafkandi